~ Shirotsubaki Daigaku ~ Index du Forum
~ Shirotsubaki Daigaku ~
Le campus du Camélia Blanc... méfiez vous de l'eau qui dort.
 
~ Shirotsubaki Daigaku ~ Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Plaisant mensonge dont on essaye de se persuader. ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ~ Shirotsubaki Daigaku ~ Index du Forum -> ~ Le jeu ~ -> Maison des étudiants -> Les bains
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gevoel Llerès
Kurotsubaki

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mai 2009
Messages: 413
Masculin
Age: 20
Statut: Élève
Matière étudiée/enseignée: Français
Date de naissance: 19/07
Nationalité: Espagnol
Cancer (21juin-23juil)
Votre pseudo: Jyô
Votre âge: 17
Votre sexe: Masculin

MessagePosté le: Mar 16 Juin 2009 - 11:10    Sujet du message: Plaisant mensonge dont on essaye de se persuader. Répondre en citant

Il n'était pas irrité non... il n'y avait pas de quoi après tout, tout se passait bien pour un début d'année, profs, élèves, situation, .... dirlo ? Non pas de changement au niveau du directeur, il était toujours le même et on ne pouvait pas dire que c'était spécialement "bien" mais bon... Avantages, avarice, égoïsme quand vous nous tenez... Trop habitué à ça il n'y aurait renoncé pour... pas grand chose au monde.
Se dirigeant tranquillement vers les bains il laissait son regard parcourir le parc qu'il pouvait voir de la galerie menant aux vestiaires du bain, il restait encore quelques personnes mais une bonne partie avait commencé à se coucher, ou du moins regagner leur chambre ou autre. Il pourrait certainement trouver quelques personnes dans les salles de cours si l'envie de faire chier le monde le prenait.
Enfin, pour l'instant sa paresse de matou castré lui disait plutôt de se caler dans un bon coin confortable du bain, de bien profiter de la chaleur -d'éviter quand même de s'endormir dedans- et de faire sa larve. Ce qu'il comptait bien faire, rien ne l'empêchait, au pire il ferait sauter la première heure de cours le lendemain, arriver un peu en retard au cours du français ne devrait pas causer trop de problème, un petit "désolé panne de réveil" et il pouvait se faire une grasse mat'...

Les vestiaires étaient vides, ou presque. Il ne prit pas la peine de s'y attarder, retira rapidement son T-shirt sans manche, chaussure, ceinture, pantalon, ... ne gardant sur lui que ses bijoux (quand même en grand nombre mine de rien...) et attrapant au passage une serviette il se dirigea vers les bains.
Comme prévu, peu de monde à l'horizon, il entra donc tranquillement dans l'eau brulante, appréciant le doux frisson qui lui parcouru le dos. C'était trop bon... le meilleur moment de la journée :heart: . L'espagnol se laissa aller contre le bord du bain, les yeux mi-clos, laissant la torpeur l'envelopper. S'il n'avait pas su que c'était dangereux de s'endormir là il y aurait bien passé sa nuit.

Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 16 Juin 2009 - 11:10    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Hashimoto Katsu
Persécuté

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mai 2009
Messages: 399
Masculin
Age: 17
Statut: Élève
Matière étudiée/enseignée: Français
Date de naissance: 12/08
Nationalité: Japonais
Lion (24juil-23aoû)
Votre pseudo: Paracetamol
Votre âge: 18
Votre sexe: Féminin

MessagePosté le: Mar 16 Juin 2009 - 19:28    Sujet du message: Plaisant mensonge dont on essaye de se persuader. Répondre en citant

Le soleil était déjà couché depuis un moment, et Katsu pressa le pas ne souhaitant pas croiser un professeur et se faire sermonner sur les couvre-feux.

Habituellement, il prenait ses bains très tôt le matin, sachant qu’ils seraient désert, au vu du nombre de paresseux que comptaient l’académie. La nuit n’était pas le meilleur des moments pour prendre un bain, non plus, cependant, dû aux… couples… qui s’adonnaient à des activités assez… embarrassantes passé une certaine heure. Certaines personnes n’avaient aucune pudeur. Avec un peu de chance, cependant, il serait encore assez « tôt » pour avoir les bains totalement vides (Les pervers n’arrivaient qu’après minuit, où il était plus facile d’éviter de se faire attraper, et les autres préféraient venir avant 19 heures).

Aujourd’hui, cependant, il n’avait pas eu l’occasion de prendre son bain le matin. Toujours aussi chanceux, il avait développé une petite fièvre suite à l’histoire avec Hayden, où il était resté comme un idiot sous la pluie. Epuisé, il ne s’était pas réveillé à temps, et ce malgré son horloge interne réglée comme du papier à musique et son réveil à multiples sonneries, toutes plus stridentes les unes que les autres.

La fièvre en elle-même n’avait pas été particulièrement forte, et il avait réussit à suivre les cours de la journée sans grands problèmes (Si ce n’était que sa concentration en avait pris un coup.), ce dont il s’estimait heureux.

Katsu pressa le dos de sa main contre son front alors qu’il pénétrait dans les vestiaires vides. Sa fièvre n’avait pas vraiment diminué, et la tête lui tournait un peu. Un bain lui ferait le plus grand bien.

Prestement, il ouvrit un des casiers qui lui était réservé avec une petite prière (« Faites que ces crétins de tyrans de cour de récré ne me volent pas mes vêtements… »), jeta son sac à l’intérieur et entreprit de se déshabiller. Ses chaussons (Ceux qui étaient obligatoires à l’intérieur des bâtiments), puis ses chaussettes, son sweat (Qui lui avait valu de nombreuses remarques moqueuses, car porter un sweat à la mi-printemps frôlait le ridicule), son pantalon, et sa chemise, qu’il plia soigneusement avant de les poser en un tas net par dessus son sac, dans le casier.

Jetant un coup d’œil nerveux par dessus son épaule, il attrapa une serviette et retira rapidement son boxer, se couvrant de sa serviette tout aussi prestement. Dire qu’il était pudique aurait été un euphémisme. Il n’avait jamais laissé personne d’autre que sa famille et sa nourrice voir ne serait-ce qu’une de ses jambes, ou un de ses bras, et se couvrait toujours jusqu’au cou, ce qui expliquait la pâleur de sa peau. N’étant pas vraiment sportif (Si on excluait ses cours de tennis mensuels qui lui avait à peine donné assez de muscles pour ne pas ressembler à un bâton sur pattes) ou homme d’action, sa peau était bien entretenue, sans défaut apparent. Combien de fois sa gouvernante l’avait-il taquiné à ce sujet, le comparant à une de ces jeunes filles du siècle dernier qui se couvrait de la tête au pied afin de garder une peau laiteuse ? Une raison de plus pour éviter les vêtements courts, selon lui. La plupart de ses persécuteurs le traitait souvent de femmelette à cause de sa petite taille et frêle stature, il n’avait aucune envie de leur donner une raison de plus de l’insulter…

Avec un soupir défaitiste, sa frange en bataille venant assombrir ses yeux fatigués, il pénétra dans la salle des bains, grimaçant au contact de l’air chaud contre sa peau déjà brûlante. Il avança sans remarquer l’autre occupant, une main plaquée sur le front, et empoigna la serviette qui recouvrait ses hanches de manière précaire. Le carrelage était glissant sous ses pieds et il s’avança d’un pas prudent vers le fond du bain, remerciant les dieux pour la tranquillité, et relâchant légèrement sa garde alors qu’il pénétrait dans l’eau chaude, la laissant détendre ses muscles raides. Malgré le léger tournis dont il avait été pris dû aux vapeurs d’eau chaude, il croisa ses bras sur le bord et enfouit son visage entre eux, son expression habituellement hargneuse se transformant jusqu’à devenir sereine et paisible. Les joues rosies par la chaleur et la fièvre, il relâcha un nouveau soupir, bien que de contentement, cette-fois. Rien de mieux qu’un bon bain pour oublier ses soucis.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gevoel Llerès
Kurotsubaki

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mai 2009
Messages: 413
Masculin
Age: 20
Statut: Élève
Matière étudiée/enseignée: Français
Date de naissance: 19/07
Nationalité: Espagnol
Cancer (21juin-23juil)
Votre pseudo: Jyô
Votre âge: 17
Votre sexe: Masculin

MessagePosté le: Mar 23 Juin 2009 - 13:12    Sujet du message: Plaisant mensonge dont on essaye de se persuader. Répondre en citant

L'espagnol était tranquillement installé, rêvassait à tout et n'importe quoi quand quelqu'un pénétra dans le bain... quelqu'un ? Quelque chose ?... Non.... Oh !! Mais c'était boulet-en-chef-à-persécuter-pour-ne-pas-faire-de-jaloux-n°12 ! Bon rapidement... c'était un type de première année, vu qu'il ne l'avait pas vu l'an dernier ça paraissait logique ensuite... vu comme il était debout il avait en gros sa carrure, à peu de chose près. C'était cool pour une fois de pas être plus petit que son souffre douleur (:mrgreen:).
Et... pourquoi souffre douleur ? Parce qu'il avait bien une tête à se laisser martyriser sans trop opposer de résistance ou alors une résistance niveau teckel ça aboi plus que ça ne mord et quand ça mord ça parait plus stupide que menaçant.
Il ne pensait pas l'avoir déjà harceler celui la, ou alors indirectement. Là en tout cas il faisait cible facile, abandonné comme il l'était à la chaleur de l'eau il n'avait pas dû le remarquer, s'il l'avait vu en tout cas il n'en avait montré aucun signe... le jeunot n'en avait rien à faire ? ... ... ... Il ne savait peut être tout simplement qui il était. Mh... sympa... Il ne faisait rien pour se cacher pourtant, quoi que ça pourrait être amusant, pour une fois...

Gevoel s'avança non nonchalamment vers le brun, qui avait l'air fatigué... il était plutôt mignon en fait vu de près, visage fin, pale, sans accro... Miam. Un peu le contraire de lui, même si au fond il préférait les peaux mates avec même quelques imperfections de temps à autre, ça donnait du mordant.
Pour revenir à son première année, ... il avait pas l'air d'aller bien....Enfin, de ce qu'il pouvait en juger avec sa tête dans ses bras sur le bord. Soupire, pourquoi fallait il qu'il se cache le visage ? Il allait plus transpirer qu'autre chose dans cette position.

Le débauché, s'approcha de son camarade dans son dos, tentant de faire le moins de bruit possible pour le surprendre... ce qu'il fit -ou essaya de faire- en posant sa main sur son épaule. Avant de l'accoster de sa voix doucereuse légèrement moqueuse, comme d'habitude quoi... Et en anglais histoire de se faire comprendre...


-Salut... Ça va ?


Ou, comment commencer une discussion comme un convers' msn. Mais au moins il montrait qu'il s'intéressait à lui ! Ahem... Il lui fit son joli sourire-n°4-genre-tu-peux-tout-à-fait-avoir-confiance-en-moi.


-Je t'avais jamais vu, t'es nouveau au campus ?


Le nabot -Gevoel- lui lâcha l'épaule, et s'adossa sur le bord du bain à côté de lui, il s'imposait et l'autre même juste par politesse se devrait de continuer le blabla.
Bon, oui il avait déjà vu l'autre mais rapidement, la preuve : il ne lui avait encore rien fait, en revanche il ne savait pas grand chose de lui, l'accoster comment ça lui permettrait peut être d'en savoir plus sur lui pour lui pourrir la vie...bien correctement :3 . Ben oui, on est dégueulasse ou on l'est pas, et là, Gevoel devait avouer qu'il avait... très très envie de passer sa soirée... soit dans la prévision de harcèlement, soit carrément dans du harcèlement.
Juste...ne pas se montrer antipathique pour l'instant, donc sourire mise en confiance, même si ses yeux étaient plutôt dans le mode espiègle. Et... laisser son tatouage sous l'eau de préférence pour l'instant ... Si l'autre connaissait le chinois ou le japonais (c'est quasiment le même signe u_u) ça pourrait être con de se faire avoir par ça, dans sa tentative "d'amitier".
Revenir en haut
Hashimoto Katsu
Persécuté

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mai 2009
Messages: 399
Masculin
Age: 17
Statut: Élève
Matière étudiée/enseignée: Français
Date de naissance: 12/08
Nationalité: Japonais
Lion (24juil-23aoû)
Votre pseudo: Paracetamol
Votre âge: 18
Votre sexe: Féminin

MessagePosté le: Mer 24 Juin 2009 - 18:03    Sujet du message: Plaisant mensonge dont on essaye de se persuader. Répondre en citant

"Salut... Ça va?"

Une main. Sur son épaule. Son épaule nue. Ce qu'il était d'ailleurs. Nu. Si on oubliait la courte serviette qui lui couvrait tout juste les cuisses.

Relevant doucement la tête vers son interlocuteur comme on le ferait lorsque surpris par une bête sauvage, Katsu sentit le sang lui monter tout droit à la tête alors que les battements de son coeur s'accéléraient exponentiellement. Face à lui, un garçon aux cheveux noirs coupé aussi négligemment que les siens (Bien que le look 'à l'arrache' convenait totalement à l’étranger, tandis que Katsu ressemblait plus à un oisillon tombé du nid). Il adressait un sourire éblouissant au jeune Hashimoto, et celui-ci devait bien avouer qu'il était très beau. Si on ignorait l'éclat moqueur et calculateur qu'il percevait dans ses yeux jaunes.

La salle de bain n'était-elle pas vide à son arrivée? D'où sortait-il? Mais qu'est-ce que faisait ce gars dans les bains à une heure pareille, bon sang?

Son visage était brûlant, et très certainement d'une
ravissante nuance rougeâtre -notez le sarcasme-. Il s'enfonça dans l'eau jusqu'au menton, plus que jamais conscient de sa nudité, et recula légèrement, ses grands yeux couleur chocolat reflétant sa panique et sa gène. Sa mère elle-même n'avait pas vu autant de peau découverte chez son fils depuis sa naissance.

Totalement mortifié de s'être ainsi laissé surprendre par quelqu'un, Katsu ne répondit à la question de son interlocuteur que par un faible "salut" presque inaudible, et s'empressa de détourner son regard sur les reflets dans l'eau, sa frange en bataille venant cacher ses yeux expressifs et ses pommettes cramoisies. Il essayait d'ignorer du mieux qu'il pouvait la nudité de l'autre garçon, mais la proximité de ce dernier n'arrangeait pas les choses. Il se sentait pris au piège : s'éloigner encore plus aurait paru impoli, mais rester lui donnait l’impression d’être un lapin face à un fauve. Une vague de soulagement s’abattit sur lui lorsque l'autre étudiant retira sa main de son épaule aux muscles raides. Le geste du brun avait été lent, presque comme une caresse, et Katsu se sentait de plus en plus comme un panier repas entre les mains d’un affamé. Ses instincts semblaient s'être mis d'accord pour crier à tout va "Danger!", et Katsu ne s’était jamais sentit aussi confus. Une chose le rassurait, cependant : tous deux faisaient la même taille, et avaient certainement le même poids, ce qui lui donnait un certain avantage, s'il voulait fuir (Il avait après tout l'habitude de fuir des agresseurs bâtis comme des athlètes).


"Je t'avais jamais vu, t'es nouveau au campus ?"

Enroulant ses bras autour de son abdomen en un geste sensé le rassurer, Katsu hocha la tête, docile. Il ne se souciait pas de paraitre faible aux yeux de l'autre étudiant, trop occupé à surveiller du coin de l'oeil la seule sortie possible avant de revenir jauger son interlocuteur. Ce gars-là ne lui inspirait pas confiance. Il se dégageait de lui une aura particulière qui mettait le première année mal à l’aise. Mais peut-être était-il juste paranoïaque. Il était normal qu'il se sente gêné dans une telle situation, prude comme il l'était. Il devait ses faire des idées... ou tout du moins, il l'espérait
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gevoel Llerès
Kurotsubaki

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mai 2009
Messages: 413
Masculin
Age: 20
Statut: Élève
Matière étudiée/enseignée: Français
Date de naissance: 19/07
Nationalité: Espagnol
Cancer (21juin-23juil)
Votre pseudo: Jyô
Votre âge: 17
Votre sexe: Masculin

MessagePosté le: Mer 24 Juin 2009 - 19:06    Sujet du message: Plaisant mensonge dont on essaye de se persuader. Répondre en citant

Bon alors ce qu'il pouvait dire déjà c'est que l'autre était surpris, limite comme s'il l'avait pris en train de faire une connerie... c'était le cas ? Non pas vraiment et vu la rougeur qui teinta rapidement les joues de son cher camarade ça devait être une question de pudeur. Lui n'avait peut être aucun complexe à exhiber son corps ça ne devait pas être le cas du pauvre petit innocent devant lui.
Et même son brave sourire sympathique -pour une fois qu'il essayait d'être potable !- n'aida pas l'autre à se sentir à l'aise, qui tel le titanic, se laissa couler jusqu'à mi visage.... donc au niveau du ventre de l'espagnol. ... Non, on allait dire que ce n'était pas fait exprès, et puis au pire il s'en foutait. L'autre recula....
...
...
Gevoel haussa un sourcil en voyant un truc qui pouvait s'apparenter à la panique dans les yeux de nabot n°2 [il s'octroie lui même, avec fierté, le titre de Nabot N°1, pas touche u_u], il cru entendre un truc provenant de sa bouche un mot anglais surement mais trop rapide et trop faible pour que l'espagnol puisse comprendre de quoi il s'agissait. il se doutait que ça devait être "salut" "bonsoir" ou "ça va" réponse à sa question quoi. Pas besoin de s'attarder dessus... En fait si peut être parce que 1 : l'autre n'avait pas l'air d'aller si bien que ça, 2 : la façon dont il le regardait lui laisser comprendre que c'était pas vraiment un "bon soir" qu'il avait dit. Il lui avait peut être simplement demandé de dégager ... ?
Pas d'importance.

La tentative de protection de la part de l'autre changea le sourire presque sincère qu'il avait sur les lèvres en rictus moqueur. Après avoir eu la bref confirmation qu'il était effectivement nouveau il s'avança vers l'asiatique, il louchait sur la porte ? il allait le faire loucher sur autre chose d'ici peu... S'enfonçant autant dans l'eau que l'était son compagnon de bain, il approcha sa main de lui et la posa avec tendresse sur les bras enroulé autour de l'abdomen du brun pour tenter de les faire descendre, de le découvrir, la serviette viendrait après. Après tout, ils étaient entre mecs non ? Ils étaient constitués pareil pas vrai ? Alors pourquoi se cacher ? Il n'allait pas lui faire de mal... du tout.


- Mh ... fit il avec un air subtilement voluptueux. Tu as si peur de moi... ?

Les doigts de sa seconde main se glissèrent eux sur le torse pale du première année. Mh... sa peau était douce... c'était plutôt agréable à caresser... Tranquillement, il s'approcha à nouveau de lui.
Revenir en haut
Hashimoto Katsu
Persécuté

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mai 2009
Messages: 399
Masculin
Age: 17
Statut: Élève
Matière étudiée/enseignée: Français
Date de naissance: 12/08
Nationalité: Japonais
Lion (24juil-23aoû)
Votre pseudo: Paracetamol
Votre âge: 18
Votre sexe: Féminin

MessagePosté le: Mer 24 Juin 2009 - 21:11    Sujet du message: Plaisant mensonge dont on essaye de se persuader. Répondre en citant

Katsu su que son instinct ne l’avait pas trahi dès lors que le sourire mielleux se transforma en rictus. Il observa avec une méfiance renouvelée l’étranger se mettre à son niveau, s’immergeant jusqu’au cou dans l’eau. Quelles étaient ses intentions ? Avec un gabarit pareil, il lui serait difficile de maîtriser Katsu par la force pure, et celui-ci ne comptait pas le moins du monde se laisser faire. Il avait peut-être quelques soucis de timidité (qui ressemblaient plus à un traumatisme qu’à de la pudeur simple) mais il lui restait tout de même un soupçon de fierté. L’autre étudiant lui donnait des sueurs froides, avec son air de prédateur et son aura glaciale, mais la crainte qu’il lui inspirait ne le paralysait pas au point ou il se contenterait d’être une proie facile, certainement pas !

L’étranger leva une main, et Katsu se raidit, prêt à recevoir un coup. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’elle vint se poser délicatement sur les bras qui enserraient son tronc, tentant de les abaisser afin de découvrir son corps. Pris de court par la douceur du geste, le jeune héritier se laissa faire, figé.


« Mh… Tu as si peur de moi... ? » ronronna l’autre garçon, ne faisant que renforcer l’impression de félinité qui se dégageait de lui, aux yeux de Katsu.

Une seconde main apparut soudainement sur son torse, caressante, et le garçon aux cheveux en bataille sursauta légèrement. La crainte qui l’avait envahi plus tôt se dissipa progressivement pour laisser place à de la stupeur. Qu’est-ce que… ? N’était-il pas un de ces tyrans de cour de récré qui terrorisaient les plus faibles pour leur soutirer de l’argent, ou des services ? Katsu n’en avait encore jamais rencontré qui se comporte ainsi. Comme un chat jouant avec une souris avant de la dévorer. Un jeu psychologique particulièrement cruel.

… et s’il y avait une chose qu’il ne supportait pas, c’était bien les faux-semblants.

Son expression se durcit imperceptiblement, ses sourcils se fronçant en une expression mi-agacée mi-déconcertée. Il fixait à présent son compagnon droit dans les yeux, cherchant à déterminer ses intentions. Son corps, quelques instants auparavant figé par la panique et l’embarras, était à présent plus décontracté, bien que toujours légèrement tendu, prêt à fuir si nécessaire.

- Moi, peur ? répliqua Katsu, sur un ton froid. Ne vous a-t-on jamais inculqué la différence entre peur et gêne ? Sa voix était basse mais conservait toujours cette tonalité rauque qui lui était si caractéristique, presque androgyne. On aurait pu la comparer au grognement d’un chaton confronté à un adversaire ou à un danger.

Son anglais était parfaitement maîtrisé, avec la touche de distinction que son précepteur lui avait appris à conserver afin de ne pas se laisser marcher sur les pieds de ces hommes d’affaires étrangers qui pensaient que tous les japonais étaient faciles à convaincre/contrôler/arnaquer. Les étudiants les moins instruits de l’établissement prenait son vocabulaire soutenu et sa politesse pour une forme de dédain, et lui faisaient bien comprendre en voler ou abîmant ses affaires. Heureusement, il semblait que les étudiants de cette école était mieux éduqués que ceux qu’il avait rencontrés précédemment, et il n’avait pas encore eu à subir de violence physique depuis son arrivée, une semaine et demie auparavant.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gevoel Llerès
Kurotsubaki

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mai 2009
Messages: 413
Masculin
Age: 20
Statut: Élève
Matière étudiée/enseignée: Français
Date de naissance: 19/07
Nationalité: Espagnol
Cancer (21juin-23juil)
Votre pseudo: Jyô
Votre âge: 17
Votre sexe: Masculin

MessagePosté le: Mer 24 Juin 2009 - 21:55    Sujet du message: Plaisant mensonge dont on essaye de se persuader. Répondre en citant

La tension du jeunot était palpable mais bizarrement il se laissa faire alors qu'il faisait glisser ses bras, découvrant alors son ventre plat et un bas ventre que plus appétissant. Passif, il se laissait faire... jusqu'où allait il continuer à le laisser faire ça ? Peut être jusqu'au bout, il ne comptait rien lui faire de désagréable après tout...
Il surprit dans les prunelles de l'autre l'étonnement, il le laissa poser sa main sur son torse et après un instant à le jauger du regard, visiblement sans trop savoir comment se comporter. Son regard se durci, au plus grand plaisir de l'espagnol, où était le plaisir de croquer une proie qui ne se serait pas défendue ?


"Moi, peur ? Ne vous a-t-on jamais inculqué la différence entre peur et gêne ?"

Mh....Son interlocuteur parlait bien, mieux que lui, avec même un air de "distingué" c'était amusant... Surtout sa façon de se "défendre", alors comme ça il avouait être gêné par sa présence ? Ok, alors il allait reformuler sa question.


- Excuse moi... Alors...Tu es si gêné par ma présence ? Susurra-t-il alors que sa main sur son torse, avec une douceur extrême, remontait doucement sur sa clavicule, son cou, pour finalement se poser sur sa joue avec une légèreté presque lascive.

Sa seconde main elle avait tout aussi doucement, effleurant tout juste la peau d'albâtre de son compagnon, continué sa descente atteignant tout naturellement la serviette du brun qu'il projetait de retirer d'ici peu... Il commença à faire tranquillement descendre ce dernier rempart à la nudité du puceau [je m'arrête là au cas où Hatsu le stopperait XD].
Il se rapprocha encore de sa proie, ses yeux toujours plongés dans les siens, plus que quelques centimètres... et il serait contre lui. Il jouait... il adorait ça...et le jeu serait encore plus drôle s'il faisait réagir le première année autant psychologiquement, d'une certaine façon et physiquement, d'une autre.
Gevoel n'appréhendait pas... Il jouissait d'avance de tout ce qu'il pourrait provoquer. L'autre n'avait surement pas l'habitude de se faire accoster -approcher ?- de cette façon.


- Je m'appelle Gevoel ...
Lui chuchota-t-il toujours avec la même douceur qui se mêlait maintenant à la sensualité de ses gestes, de sa main qui se glissait a présent dans la nuque de son interlocuteur pour le faire s'approcher un peu de lui ...
Revenir en haut
Hashimoto Katsu
Persécuté

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mai 2009
Messages: 399
Masculin
Age: 17
Statut: Élève
Matière étudiée/enseignée: Français
Date de naissance: 12/08
Nationalité: Japonais
Lion (24juil-23aoû)
Votre pseudo: Paracetamol
Votre âge: 18
Votre sexe: Féminin

MessagePosté le: Mer 24 Juin 2009 - 22:47    Sujet du message: Plaisant mensonge dont on essaye de se persuader. Répondre en citant

« - Excuse moi... Alors...Tu es si gêné par ma présence ? » La main auparavant posée sur son torse remonta pour finir sa course sur sa joue, laissant comme une trace brûlante sur la peau de Katsu. Un léger frisson remonta le long de sa colonne vertébrale au contact, mais malgré son trouble, il ne bougea d’un pouce, et plissa les yeux, fixant d’un air méfiant son interlocuteur.

- Et si je le suis ? grogna Katsu, sur le même ton, bien que se joues aient repris leur rougissement précédent. La pudeur n’est pas une chose superficielle à mes yeux…

Il se laissa de nouveau surprendre par la main qui tenta de faire glisser sa serviette, sous l’eau, et rattrapa cette dernière d’un geste rapide, foudroyant du regard l’autre étudiant. Pourquoi donc faire une chose pareille ? Cherchait-il à l’humilier en le dénudant ? Cette pensée en elle-seule suffit à faire bouillir son sang. Comment osait-il… ?

Il s’apprêtait à répliquer quand il s’aperçut de la proximité de l’autre. Celui-ci avait profité de sa distraction pour se rapprocher, et Katsu recula par instinct, souhaitant retrouver son espace personnel. Il avait cependant totalement oublié qu’il se trouvait prêt du bord, et il se retrouva bien vite coincé, toujours immergé jusqu’aux épaules d ans l’eau tandis que ses yeux bruns lançaient des éclairs à son adversaire. Malgré cette façade d’irritation, trahie de toute manière par le rougissement qui s’étalait sur ses joues, une sensation étrange se développait au creux de son ventre face au regard fauve que lui adressait l’autre étudiant, et la fraîcheur de sa main sur sa peau échauffée par l’eau du bain et sa petite fièvre.


« Je m'appelle Gevoel… »

La voix de son interlocuteur était basse, pleine d’une sensualité qui faisait frissonner malgré lui le jeune Hashimoto. Katsu ne comprenait pas à quel jeu jouait ce Gevoel, mais sa condescendance précédente l’avait assez énervé pour qu’il ne se sente pas d’humeur à y jouer ! Les caresses que lui administrait celui-ci le rendait confus quant à ses intentions… C’était presque comme s’il cherchait à le séduire. Mais… Ça n’était pas possible, n’est-ce pas… ? Quelle idée ridicule!

Il sentit une main se glisser derrière sa nuque, et rentra la tête dans les épaules, tendu, s’attendant à recevoir un coup de tête ou autre gentillesse.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gevoel Llerès
Kurotsubaki

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mai 2009
Messages: 413
Masculin
Age: 20
Statut: Élève
Matière étudiée/enseignée: Français
Date de naissance: 19/07
Nationalité: Espagnol
Cancer (21juin-23juil)
Votre pseudo: Jyô
Votre âge: 17
Votre sexe: Masculin

MessagePosté le: Mer 24 Juin 2009 - 23:46    Sujet du message: Plaisant mensonge dont on essaye de se persuader. Répondre en citant

Il sentit l'autre frissonner en plus de sa rougeur qui lui revenait rapidement... Malgré cela il était méfiant, le fixait comme s'il s'apprêtait d'un coup à le gifler... alors qu'il ne faisait que le caresser... Pourquoi s'obstinait on à trouver quelque chose de mauvais chez lui ? Une caresse c'était gentil.. c'était innocent... ou presque, tout dépendait de l'endroit où elle était administrée. Sur la joue ce n'était ni terrible ni indécent... pas vrai ?

"Et si je le suis ? La pudeur n’est pas une chose superficielle à mes yeux…"

Toujours aussi dur son ton ... Miam.
L'autre chopa vivement sa serviette alors qu'il la faisait descendre avant de lui lancer un regard noir. Ça le dérangeait tant que ça alors d'être nu devant lui ? La remarque sur le fait qu'il était constitué de la même façon et qu'il n'avait pas de raison de s'en faire lui effleura les lèvres, mais il la retint, ce n'était pas le genre à se laisser convaincre par ce genre de remarque. Et il ne cherchait pas à le convaincre de toute façon.


- On est juste nous deux...
Lui répondit il en s'avançant encore.

Sous entendu "que crains tu qu'il t'arrive en te mettant nu ?".
Bon, l'autre c'était encore reculé ... léger soupire. Mais pourquoi pas, après tout c'était comme il voulait hein, s'il voulait se faire plaquer contre le bord, au fond ce serait plus simple pour lui. L'autre était entièrement tendu, vu la dureté des muscles de sa nuque ça ne faisait aucun doute, il se demandait si une autre partie de son corps commençait à se durcir aussi ?

Cette fois.. En plus de se rapprocher de lui, il força également le jeunot à avancer son visage contre le sien, en se servant de sa main sur la belle nuque douce et blanche :heart: , et... il l'embrassa. Ses lèvres d'abord simplement posées sur les siennes, gardant toujours une certain pression sur sa nuque, l'empêchant de se dégager, puis sa langue se fit plus entreprenante, forçant le passage de sa bouche pour aller à la rencontre, de ses dents, puis de son alter ego, s'enroulant autour d'elle.
Profitant de ce moment, peut être un peu surprenant pour l'autre, il glissa sa main sur celle qui retenait encore la serviette, insinuant avec douceur ses doigts fins dans la paume du première année pour lui faire lâcher le tissu, qu'il fit ensuite tendrement glisser sur ses cuisses, agrémentant ce passage d'une douce caresse sur l'une d'elles. Une caresse pas plus qu'effleuré...juste pour montrer qu'il était là...ou juste pour le plaisir de le faire frémir... ?

En gros... alors qu'il lui roulait le palot de sa vie, il le mettait à poil. [c'est tellement plus poétique comme ça :D ]
Revenir en haut
Hashimoto Katsu
Persécuté

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mai 2009
Messages: 399
Masculin
Age: 17
Statut: Élève
Matière étudiée/enseignée: Français
Date de naissance: 12/08
Nationalité: Japonais
Lion (24juil-23aoû)
Votre pseudo: Paracetamol
Votre âge: 18
Votre sexe: Féminin

MessagePosté le: Jeu 25 Juin 2009 - 02:17    Sujet du message: Plaisant mensonge dont on essaye de se persuader. Répondre en citant

« On est juste nous deux... » fit Gevoel en s’avança un peu plus.

Le sous-entendu était clair, ce qui ne voulait pas pour autant dire que Katsu allait se plier aux exigences de l’autre étudiant. Bien au contraire. Il raffermit sa prise sur sa serviette et la remonta quelque peu, sans se rendre compte que le geste ne faisait que découvrir un peu plus ses cuisses.

Il était tendu, attendant un coup qui ne venait pas, quand la main derrière sa nuque raffermit sa prise et le propulsa en avant. Le garçon de première année mit quelques secondes à comprendre la situation, choqué par le mouvement brusque. Des lèvres… sur les siennes.

Ses yeux s’écarquillèrent à l’impossible alors que l’autre étudiant s’affairait sur sa bouche. Son premier baiser. Volé par un garçon. Un garçon qui était un potentiel persécuteur. Dans la salle de bain. Presque nu.

Plus conscient que jamais de sa nudité, Katsu posa une main sur une des épaules de Gevoel, bien décidé à le repousser. Cependant, la prise de ce dernier sur sa nuque était ferme, et il était évident qu’il ne comptait pas le relâcher de sitôt. Il avait une sacrée force dans les bras, malgré les apparences, et Katsu savait à présent que se débattre n’était plus vraiment la meilleure des options.

Perdu dans sa réflexion, il sursauta en sentant quelque chose de mouillé passer sur ses lèvres. Sur un réflexe, Katsu ouvrit la bouche, et ce fut à ce moment précis qu’il compris ce dont il s’agissait. Une langue. Dans sa bouche.

Il aurait dû en être dégoûté. D’avoir son premier baiser volé par un inconnu (Un garçon, de surcroît) dans un endroit pareil. Et pourtant... Il avait la tête qui tournait, les joues brûlantes et le souffle court. Ses tripes semblaient prises d’une vie propre, et prenaient un malin plaisir à se tortiller à la manière d’un nid de serpent, et, pour couronner le tout, son cœur battait si fort et si vite qu’il était certain que Gevoel devait l’entendre. Il avait vraiment tout de la proie prise au piège, c’en était pitoyable.

Bientôt, sa main sur l’épaule de l’autre étudiant ne cherchait plus à le repousser, mais l’empêchait plutôt de s’écrouler dans l’eau, ses genoux tremblants supportant maintenant avec grande difficulté son poids. Un gémissement étouffé s’échappa d’entre ses lèvres, à son insu, et il se surpris à apprécier le baiser, bien malgré lui.

Il ne se rendit compte de ce que Gevoel était en train de faire que lorsqu’il sentit une caresse légère sur une de ses cuisses. Sa serviette… !

Automatiquement, la crainte revint, et il se raidit. Maintenant que son aîné avait réussit à lui retirer sa serviette, qu’allait-il faire ? Lui lancer ce regard railleur si caractéristique et jouir de cette humiliation ? Se moquer de lui et de sa faiblesse ? Souligner le fait qu’il avait apprécié le baiser pour rajouter à l’humiliation ? La colère qui s’était dissipée dans le choc précédent revint au galop et il émit une sorte de grognement contre la bouche de l’autre étudiant, sa main libre venant se placer sur l’autre épaule de ce dernier afin de le repousser. Il chassa l’envie soudaine de mordre la langue qui explorait sa bouche, certain que s’il osait une pareille idiotie, il allait le payer chèrement, et choisit de rester figé jusqu’à ce que l’autre se fatigue, les yeux fermés.


[Ah, oui, c'est clair! XD C'est tellement plus beau... Plus lyrique!]
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gevoel Llerès
Kurotsubaki

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mai 2009
Messages: 413
Masculin
Age: 20
Statut: Élève
Matière étudiée/enseignée: Français
Date de naissance: 19/07
Nationalité: Espagnol
Cancer (21juin-23juil)
Votre pseudo: Jyô
Votre âge: 17
Votre sexe: Masculin

MessagePosté le: Ven 26 Juin 2009 - 01:09    Sujet du message: Plaisant mensonge dont on essaye de se persuader. Répondre en citant

[ :mrgreen: J'ai un don pour ça]

Alors qu'il l'embrassait mettant en œuvre son talent, l'autre ne bougeait pas, ne répondait pas... ne faisait rien, à part lui tenir l'épaule comme si l'instant où il allait le lâchait il s'écroulerait comme après un effort insurmontable. Ok, il savait qu'il embrassait bien mais quand même... pas de là à laisser sur le carreau... si ? Mais en même temps, même s'il ne répondait pas à son baiser -peut être tout simplement à cause du manque d'expérience ?-, il ne le repoussait pas non plus. Alors ça devait lui plaire... un minima.
Doucement Gevoel libéra les lèvres de sa proie, les léchant une dernière fois nettoyant du même coup la salive qui aurait été de trop. Il s'écarta légèrement de son visage, glissant à nouveau sa main sur son visage, la laissant sur le dessous de celui ci pour avoir le plaisir de le regarder dans les yeux avant qu'il ne baisse la tête. Quittant sa position, il se servi de sa main de façon à ce qu'elle écarte les mèches de cheveux qui tombait sur le regard de son camarade.
Il n'y avait plus aucune barrière entre eux deux... plus rien pour atténuer leur "intimité" : la serviette était parti, les cheveux étaient dégagés, la distance était parcourue.


- C'est quoi ton nom ?
Lui demanda-t-il toujours avec la même douceur perverse qui l'animait.

C'était un moins bel anglais que celui du brun ... avec un accent mais au moins il gardait toute la sensualité de sa langue natale, avec un plaisir non dissimulé [ahem...]

Alors qu'il lui disait ça, sa main, après avoir envoyer balader la serviette plus loin, remonta doucement sur sa cuisse, effleurait d'une douce torture la peau brulante de son amuse-gueule. Il rapprocha son corps du sien, profitant de la position de l'autre, contre le bord, pour se pencher sur lui et poser à nouveau ses lèvres sur les siennes. Cette fois il le laissait se reculer s'il voulait.
Et ses doigts s'invitèrent sur son aine avant de se laisser descendre, le plus naturellement du monde sur son sexe. Parcourant d'un doigt léger sa verge qui avait commencé à réagir. Il allait le faire trembler d'envie, le faire gémir, frissonner, peut être même supplier après tout, si Gevoel continuait de le caresser aussi légèrement.
Il était si mignon à voir comme ça, les vierges, sont vraiment plus amusants à choquer que ce qui ont déjà une expérience. Ça n'avait pas la même saveur, pas le même goût, alors que celui du gosse... il s'en délectait.


[J'ai rajouté 2 lignes histoire que ce soit un pitit peu moins court ^^']
Revenir en haut
Hashimoto Katsu
Persécuté

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mai 2009
Messages: 399
Masculin
Age: 17
Statut: Élève
Matière étudiée/enseignée: Français
Date de naissance: 12/08
Nationalité: Japonais
Lion (24juil-23aoû)
Votre pseudo: Paracetamol
Votre âge: 18
Votre sexe: Féminin

MessagePosté le: Dim 11 Oct 2009 - 16:58    Sujet du message: Plaisant mensonge dont on essaye de se persuader. Répondre en citant

Malgré le manque de réaction de Katsu face à son baiser, l’autre étudiant ne se laissa pas le moins du monde démonter, coupant court au baiser avec un dernier coup de langue taquin.

Le japonais sentit avec appréhension une main glisser sur sa joue pour finir sa course sous son menton, l’empêchant ainsi de détourner le regard comme il l’aurait souhaité.

Il avait le souffle court, et le bruit de sa respiration haletante résonnait dans la pièce, à sa grande honte. Ses joues lui paraissait brûlantes, et il ne faisait aucun doute qu’elles devaient être d’un beau rose. Il ne maudit jamais autant son regard si expressif qu’en cet instant, où ses yeux à moitié ouverts trahissaient le désir qu’il sentait grandir au creux de son ventre.


« C'est quoi ton nom ? » demanda le brun, d’une voix sensuelle et douce comme le miel, tout en écartant d’une main les mèches noires qui tombaient devant les yeux du japonais.

Bien entendu, Katsu ne comptait aucunement dévoiler son identité à l’autre étudiant, le peu de fierté qu’il lui restait était en jeu. Il s’apprêtait donc à lui répondre d’aller voir ailleurs s’il n’y était pas, quand l’autre main de Gevoel remonta le long de sa cuisse, dangereusement proche de son aine.

Katsu retint de justesse un gémissement, se mordant la lèvre inférieure et desserrant la prise d’une de ses mains sur l’épaule de Gevoel, pour la faire glisser jusqu’à l’avant-bras de l’étudiant.


- K-Katsu… répondit-il finalement à contre-cœur dans un soupir, détournant le regard vers le côté. Mourrant sur place d’embarras, il pria naïvement pour que cette réponse suffise au brun, et qu’il le laisse finir son bain en paix, même s’il ne pouvait nier que les actions de celui-ci l’intriguaient au plus haut point.

Malheureusement pour Katsu, bien loin de s’arrêter là, l’autre étudiant passa un doigt sur l’entrejambe du garçon asiatique, à un endroit que le jeune Hashimoto lui-même n’osait toucher aussi intimement.

Cette fois-ci, il ne réussit pas à retenir le gémissement que la caresse fit naître au fond de sa gorge. Mortifié, il vint plaquer sa seconde main, jusqu’alors toujours sur l’épaule de Gevoel, contre sa bouche, dans une vaine tentative d’étouffer les bruits honteux qui sortaient de celle-ci.


- Yamete commença-t-il en japonais, entre deux doigts, l’esprit embrouillé avant de se reprendre. Pourquoi tu-…?

Il se tut de nouveau, perturbé, ne sachant comment mettre en mots ses pensées, déjà bien confuses en elles-même. Il s’appuyait à présent lourdement sur le mur derrière lui, un tremblement très léger parcourant ses membres sous les sensations inconnues qui naissaient en lui. Il se sentait sans défenses, incapable de réagir face à une attaque pareille. Après tout, jamais personne ne lui avait appris comment se comporter lorsqu’un garçon que l’on connaissait depuis cinq minutes vous faisait des avances sexuelles dans des bains publiques.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gevoel Llerès
Kurotsubaki

Hors ligne

Inscrit le: 18 Mai 2009
Messages: 413
Masculin
Age: 20
Statut: Élève
Matière étudiée/enseignée: Français
Date de naissance: 19/07
Nationalité: Espagnol
Cancer (21juin-23juil)
Votre pseudo: Jyô
Votre âge: 17
Votre sexe: Masculin

MessagePosté le: Mar 3 Nov 2009 - 11:52    Sujet du message: Plaisant mensonge dont on essaye de se persuader. Répondre en citant

Il ne sentait pas vraiment apte à continuer la discussion. Mais finalement... si. Il devait bien sentir qu'il n'avait pas vraiment le choix ou alors ne pas répondre aux questions allié au au fait de vouloir à tout pris retenir ses gémissements devait être difficile à parfaitement coordonner.

"K-Katsu…"


Katsu... On dirait un nom de clebs. Et , non, là il ne voyait pas qui c'était. Il l'avait manqué jusque là ? Dommage, il aurait surement était plus intéressant que ses deux dernières cibles.
Il devait être en première année, il aurait eu du mal à ne pas le remarquer s'il avait était là l'an dernier. Surtout que... Vu son âge... sa taille... Il devait même pas avoir fini sa croissance. 18 ans ? Mouais, pas plus.

Finalement lorsqu'il atteignit son membre il réussit à arracher un gémissement à son partenaire un joli gémissement d'adolescent à moitié outré et offusqué par les réactions de son propre corps, à moitié favorable à ce que la caresse aille plus loin. Gevoel suivrait la seconde moitié, tellement plus palpitante.


"Yamete… Pourquoi tu-…? "


La belle vierge effarouchée que voila :heart: ! Elle accentua le sourire de l'espagnol, qui pour toute réponse, enveloppa avec douceur le sexe du première année de ses doigts, le sentant d'ailleurs se raidir à ce contact [Vu les réactions de Katsu je pense que c'est bien comme ça que se manifeste son corps ? XD].

- Pourquoi je ...?
Reprit-il, commençant un léger mouvement de sa main, histoire de lui faire perdre ses mots. Il y a un problème Katsu... ?

Sensualité et douceur un peu trop accentuée pour être réelle, mais dans son état l'autre ne le remarquerait peut être même pas. Un puceau qui découvre pour la première fois les plaisirs de la chair... Enfin pour le moment ce n'était pas vraiment aussi sérieux. Le branler suffirait pour aujourd'hui.

Il remonta sa main libre au visage du jeune homme et la posa sur son poignet pour le faire descendre et libérer sa bouche. Il ne voulait... aucune barrière entre eux deux.
L'espagnol se rapprocha à nouveau de Katsu, dans la dangereuse idée de joindre leurs lèvres. Se contentant en premier lieu de souffler dessus avec douceur, avant de rompre les derniers centimètres et de l'embrasser.
Deux secondes... Pas plus.
Il s'écarta légèrement le temps de murmurer.


- Ne me dis quand même pas que t'es puceau... à ton âge...


C'était du flan, bien sûr qu'il savait que l'autre était puceau. C'était clair, mais c'était... juste histoire de le mettre encore un peu plus mal à l'aise.
Puis il recommença à l'embrasser.



[Désolé ^^' un peu court.]
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:17    Sujet du message: Plaisant mensonge dont on essaye de se persuader.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ~ Shirotsubaki Daigaku ~ Index du Forum -> ~ Le jeu ~ -> Maison des étudiants -> Les bains Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com